Back to top

Petite-enfance et crèche

L ’Office de la Naissance et de l’Enfance (O.N.E.) autorise, accompagne, évalue et contrôle les milieux d’accueil de la petite enfance en dehors du milieu familial :

  • il autorise toute structure d’accueil d’enfants de 0 à 6 ans ;
  • il accompagne les milieux d’accueil dans l’amélioration de la qualité de l’accueil ;
  • il évalue les conditions de fonctionnement des milieux d’accueil et les pratiques professionnelles ;
  • il contrôle la conformité des milieux d’accueil à la réglementation.

L’O.N.E. s'assure que chaque milieu d'accueil autorisé respecte, dès son ouverture, les conditions minimales en matière de locaux, de personnel (formations et prestations), de projet pédagogique, de surveillance de la santé des enfants,…

L’accueil qui vous est proposé est régulier ou occasionnel, flexible (tôt et tard dans la journée), d’urgence (besoin urgent dans le cadre d’une formation, par exemple) et d’enfants malades.

Les milieux d’accueil sont de type collectif (crèche) ou de type familial (accueillant.e.s).

Aspects financiers

L’ONE subventionne plus de 70% des places d’accueil, dans lesquelles votre participation financière est fixée sur base de vos revenus et du barème O.N.E. Pour les places non-subventionnées par l’ONE, les prix sont fixés librement.

Dans les milieux d’accueil subventionnés par l’O.N.E, si votre ex-partenaire vous verse une contribution alimentaire (destinée à l’éducation, l’entretien et l’hébergement des enfants), 80% du montant ne sont pas pris en compte pour le calcul des revenus mensuels nets (et donc des tarifs du milieu d’accueil).

Par contre, la pension alimentaire entre ex-conjoints est ajoutée aux revenus mensuels nets du ménage à concurrence de 80%. Lorsque la pension alimentaire est versée, que ce soit la contribution alimentaire (au bénéfice de l’enfant) ou la pension alimentaire entre ex-conjoints, elle est déduite des revenus mensuels nets du ménage à concurrence de 80% du montant.

Dans tous les milieux d’accueil, les montants que vous avez payés peuvent faire l’objet d’une réduction d’impôt, selon certaines conditions.

Une intervention financière (représentant 1 mois d’accueil) peut également vous être octroyée, selon certaines conditions.

Certaines structures peuvent accueillir les enfants pour de l’accueil extra-scolaire, comme les écoles de devoir. Malgré leur nom, il ne s’agit pas seulement de lieux où les enfants font leurs devoirs après l’école, mais des activités y sont aussi organisées. Voici le lien vers le site des écoles des devoirs.
Certaines communes coordonnent des associations pour l’accueil des enfants pendant leur temps libre. N’hésitez pas à questionner votre commune à ce sujet.

Le congé parental dans le cadre d’une interruption de carrière est une période pendant laquelle chacun des parents peut temporairement cesser ou réduire son activité salariée pour s'occuper de son/ses enfant(s). Dans ce cadre, le travailleur peut obtenir une allocation d’interruption de l’ONEM, à titre de revenu de remplacement.

Le congé parental peut être pris n'importe quand avant les 12 ans de l'enfant. Cet âge est porté à 21 ans, si l’enfant souffre d’un handicap au moins égal à 66%.

Le montant des allocations d’interruption est augmenté pour les travailleurs du secteur privé qui constituent une famille monoparentale. Cette majoration est d’application pour les 3 formes d’interruption prévues dans le cadre du congé parental (interruption complète, interruption à mi-temps et interruption d’un cinquième). En cas d’interruption à mi-temps ou d’un cinquième, la majoration n’est cependant accordée qu’aux travailleurs de moins de 50 ans.

Pour les travailleurs du secteur public, l’augmentation est uniquement valable pour l’interruption d’un cinquième et à la condition de vivre exclusivement avec un ou plusieurs enfants à charge et d’être âgé de moins de 50 ans à la date de prise de cours du congé parental.

En savoir plus

Espaces parents dans la séparation

Les Espaces Parents dans la Séparation (EPS) sont des lieux d’accueil, d’écoute et d’orientation destinés à tous les parents en cours de séparation ou sur le point de se séparer. Ces espaces sont gratuits, anonymes et indépendants des procédures en justice.

Ils permettent de renouer un dialogue entre les parents afin que cette période difficile se passe le plus sereinement possible pour l’enfant. L’objectif est de réfléchir ensemble aux besoins de l’enfant et de s’accorder ensemble afin de continuer à être parents malgré la situation de séparation (coparentalité responsable).

Cinq lieux existent actuellement dans les régions de Mons, Charleroi, Verviers, Liège et Neufchâteau. N’hésitez pas à contacter le SDJ (Service Droit des Jeunes) de ces régions pour plus d’informations.

Lieux de Rencontre Enfants et Parents

Les Lieux de Rencontre Enfants et Parents sont destinés aux enfants âgés de 0 à 3 ans voire jusqu’à 6 ans dans certains lieux, accompagnés de leurs parents, grands-parents ou d'une personne proche, dans un environnement de qualité. L'adulte peut y trouver un espace d'écoute et de dialogue et l'enfant, un espace de socialisation, de jeux et de détente, favorisant son développement.

Ces lieux permettent aux parents de souffler, voire de rompre leur isolement, de rencontrer d’autres parents et d’autres enfants, de tisser des liens. C’est aussi un moyen de préparer les enfants aux transitions, comme par exemple, l’entrée à la crèche ou à l’école maternelle.

On y partage des jeux, des livres, on discute avec d’autres, on échange des points de vue, des bons « tuyaux ». Les femmes enceintes et les futurs papas sont également les bienvenus.

Ces rencontres se font le plus souvent dans un seul et même espace aménagé, parfois mobile. Elles sont habituellement gratuites mais certains lieux de rencontre peuvent demander une faible participation financière (1 à 3€ par famille).

N'hésitez pas à consulter la liste des Lieux de Rencontre Enfants et Parents soutenus par l'ONE selon votre région

Vous avez des questions? Vous n'avez pas trouvé de réponse à votre recherche?

N'hésitez pas à nous contacter :
Mail : fmp.actionsociale@spw.wallonie.be
Adresse : Service public de Wallonie Intérieur et Action sociale
Avenue Gouverneur Bovesse, 100, 5100 NAMUR (Jambes).